Premier Salon virtuel PSAO : Les richesses économiques de l’Afrique et de l’Outre-mer

0
363


L’Afrique et l’Outre-mer nourrissent le monde. Une bonne partie de l’économie de la planète leur doit sa bonne santé. En dépit des difficultés socio-économiques, le continent noir demeure un sacré vivier de richesses économiques dont il ne jouit pas toujours des retombées. 

En organisant les 26 et 27 novembre 2021 le premier salon virtuel des Produits et Services inspirés de l’Afrique et l’Outre-mer (PSAO), les promoteurs de l’évènement veulent rappeler aux Africains et Afro-descendants qu’ils ont leur mot à dire dans la marche du monde. En témoignent les grandes richesses économiques dont regorgent les deux régions, et qui seront mises en première ligne à l’occasion de cet important rendez-vous.

On les compte sur les doigts d’une seule main les citoyens du monde pouvant aujourd’hui se passer d’un téléphone-portable. L’Afrique contribue efficacement à fabriquer ces appareils dont raffole l’humanité. Et pour cause, une bonne quantité du coltan qui sert à fabriquer les téléphones-portables vient des pays africains tels que la RD Congo, la Zambie, le Niger et le Nigeria. 

Paradoxalement, ces pays ne profitent pas comme il se doit des bienfaits économiques de ce coltan dont le monde ne peut plus se passer.

Un sous-sol africain aux richesses variées

Le cas du coltan est symptomatique de la situation peu enviable dans laquelle se retrouve la plupart des pays africains. Ils nourrissent le monde, mais sont des crève-la-faim. 19 pays d’Afrique au sud du Sahara possèdent d’importantes réserves d’hydrocarbures, de pétrole, de gaz, de charbon ou de minéraux. Outre le coltan, la RDC, la Zambie, le Niger et le Nigeria peuvent se targuer de regorger des matières premières stratégiques telles que le cuivre, l’uranium, le diamant et l’or. 

De nouvelles découvertes de réserves de pétrole, de gaz naturel et de minerais stratégiques sont annoncées dans plusieurs pays d’Afrique. Selon la commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, le continent noir possède 54 % des réserves de platine, 78 % de celles de diamant, 40 % de celles de chrome et 28 % de celles de manganèse. C’est dire si les ressources minières sont abondantes en Afrique. 

Un peu partout sur le continent, il y a des pierres précieuses, l’or, le zinc et les forêts. L’Afrique possède aussi quelques-uns des plus grands fleuves et cours d’eau du monde. Elles disposent de vastes étendues de terres arables et moins de 10 % de celles-ci sont utilisées. Dans la région du Golfe de Guinée (Angola, Guinée Équatoriale, Nigeria, Congo, Gabon) se trouvent près des trois quarts des réserves pétrolières africaines. 

On peut donc comprendre pourquoi l’Afrique attire les plus grandes sociétés pétrolières occidentales telles que Exxon, Mobil, Elf, BP, pour ne citer que ces quelques-unes. Plusieurs sources fiables indiquent que plus du quart des ressources des États-Unis (première puissance économique mondiale) viennent déjà d’Afrique.

L’Outre-mer : de bons points malgré tout

Les écarts de niveau de vie entre les départements et régions d’Outre-Mer (DROM) et la métropole sont visibles. L’Outre-mer a pris du retard vis-à-vis de la métropole en ce qui concerne le PIB par habitant et affiche des taux de chômage plus élevés. Malgré son retard, l’Outre-mer accroît sa productivité pour contrecarrer les effets récessifs d’une démographie de moins en moins vigoureuse. 

Les progrès économiques des Ultra-marins peuvent se poursuivre jusqu’en 2050 à condition de réaliser des gains de productivité. Le passé esclavagiste et colonial de certains territoires d’Outre-mer est également à l’origine de l’hyperspécialisation de l’économie dans les productions comme la canne à sucre, la banane, le coton, ou le cacao qui se retrouvent aujourd’hui en concurrence avec les pays voisins à faible coût de main-d’œuvre.

Le premier salon virtuel qui sera bientôt organisé va à coup sûr susciter nombre de questionnements sur les paradoxes qui concernent le quotidien des Africains et Ultra-marins.

Des atouts à capitaliser

À l’occasion, l’on verra se déployer des génies pluridimensionnels de ces deux régions du monde ; des génies qui peuvent faire bouger les lignes, à condition qu’il y ait une bonne prise de conscience. L’Afrique et l’Outre-mer sont dans la situation de quelqu’un qui est riche, mais meurt de faim, ou de quelqu’un qui meurt de soif alors qu’il vit dans l’eau. 

En d’autres termes, l’on pourrait dire que les Afro-descendants ont été gâtés par la nature, mais n’en profitent pas véritablement. L’Afrique est un grand malade qui a pourtant à sa portée tout ce qu’il faut pour guérir de cette maladie. Il est temps pour les Africains et leurs descendants d’en prendre résolument conscience et de se mettre en confiance une fois pour toutes. 

C’est le challenge que veut relever ce premier salon virtuel. L’Afrique ne doit pas éternellement être proche de l’église, mais loin de Dieu. Plus jamais ça ! Si le premier salon virtuel des Produits et Services inspirés de l’Afrique et l’Outre-mer n’avait pas existé, il aurait fallu, tôt ou tard, le créer.

Les liens importants PSAO

www.psao-salonvirtuel.com

www.facebook.com/salonvirtuelpsao2021/

www.Instagram.com/salon_psao/

www.LinkedIn.com/in/psao-salon-virtuel-6b608321a/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here