Au Burkina, Kadré Sawadogo fabrique des couveuses pour faciliter le secteur avicole dans son pays

0
2536

Agé de 29 ans, marié et père de deux enfants, Kadré Sawadogo était encore étudiant quand il s’est lancé dans le monde de l’entrepreneuriat. Il est aujourd’hui le promoteur de Mira élevage et de Mira Incubator. Fabrication de couveuses semi-automatiques et automatiques, formation en fabrication de couveuses, conseils en aviculture, etc. l’entrepreneur a été aussi distingué personnalité de l’année 2018 dans la catégorie innovation par Intelligence burkinabè pour le développement (IBD).

L’histoire a commencé en 2016. Alors qu’il était encore étudiant en génie civil en Turquie, Kadré Sawadogo a l’idée de mettre en place, au Burkina Faso, un projet avicole. Ayant besoin de couveuses pour mener à bien son activité, il se renseigne sur les prix en Turquie et se rend compte qu’il lui faut débourser au moins 300 000 F CFA pour une couveuse de 200 œufs.

Une somme qu’il trouve exorbitante. Il poursuit alors ses recherches et tombe sur un article de presse dans lequel il est question de fabriquer soi-même sa couveuse. Il cherche à en savoir davantage et alors qu’il est en séjour au Burkina Faso, il essaye de fabriquer lui-même une couveuse avec un vieux réfrigérateur et les pièces nécessaires achetées en Turquie. Et ça y est ! Ça fonctionne. Il obtient un taux d’éclosion de 70%.

Avec ce succès, il retourne au pays d’Erdogan, accentue ses recherches et améliore ainsi son produit. Il fait d’ailleurs venir sa première couveuse automatique de la Turquie où il l’a fabriquée. De retour définitivement au pays, il cumule un stage dans une société minière de la place avec la fabrication de couveuses à domicile.

Après son stage, il monte son entreprise et se lance totalement dans la formation et dans la fabrication de couveuses semi-automatiques et automatiques dont les pièces sont importées de la Turquie. Ainsi naissent Mira élevage et Mira Incubator, deux entreprises spécifiques dont l’une est spécialisée dans les conseils et prestations en aviculture, et l’autre, dédiée entièrement à la fabrication de couveuses.

Plus de 1 000 personnes ont bénéficiés de ses formations jusqu’à ce jour. Des personnes venant de différents pays comme des Ivoiriens, des Maliens, des Togolais en plus des Burkinabés ont aussi bénéficiés des formations. 

« Au début, quand j’ai commencé à former des gens en fabrication de couveuses, il y avait des amis qui me disaient qu’au lieu de former des gens, je devrais garder le secret et être le seul à en fabriquer pour revendre. Ce qui va me rendre riche. Mais moi ce n’était pas ma vision. Mon objectif, c’est que même les plus démunis, ceux qui sont en campagne, sachent fabriquer et puissent se procurer une couveuse », confie-t-il.

Les couveuses du jeune entrepreneur se démarquent des autres avec leur faible consommation en d’énergie et aussi leur coût abordable. Une couveuse manuelle de 200 œufs est estimée en moyenne à 30 000 F CFA. Ses produits sont en adéquation avec le climat du pays, ce qui favorise la croissance du taux de rendement. Et pour les clients qui le désirent, les couveuses automatiques peuvent être conçues de sorte à fonctionner avec des plaques solaires ou l’électricité.

Ce sont toutes ces innovations qui ont valu à Kadré Sawadogo d’être désigné par Intelligence burkinabè pour le développement (IBD), personnalité influente de l’année dans la catégorie innovation. Outre les couveuses et les conseils en aviculture, Kadré propose également, dans sa boutique, du matériel d’aviculture.

Le jeune homme a lancé son affaire avec seulement 100 000 F CFA et il se retrouve aujourd’hui avec un investissement de plus de 20 millions de F CFA et plein d’autres projets dans la tête qui n’attendent qu’un accompagnement financière. « De 100 000 F CFA, je suis aujourd’hui à plus de 20 millions de F CFA d’investissement », dit-il.

C’est le cas de son projet de mise en place d’une ferme à quelques encablures d’Ouagadougou où il pourra produire des œufs fécondés, car la demande existe et est même forte. Ce qui permettrait en retour de faire évoluer son entreprise de fabrication de couveuses.

« Avec la couveuse, on a besoin d’œufs pour éclore. Et si la personne n’a pas de volaille, il faut qu’elle puisse avoir des poussins ailleurs pour commencer. C’est pourquoi j’ai mis en place ce projet pour appuyer le projet de promotion de couveuses », a-t-il soutenu.

Malgré les difficultés survenues sur son passage, l’afropreneur reste déterminé plus que jamais et entend agrandir son entreprise. Et, contribuer a l’entrepreneuriat des jeunes au Burkina Faso.

Adresse OUAGA, Karpala, à 300 m du château d’eau de Karpala et 50 m de l’entrée principale de la paroisse Saint François d’Assise.

Contacts :

Phone : 00226 65 99 09 55

00226 78 51 98 40

00226 70 78 72 87

email : miraincubator@gmail.com 

Site web : www.miraincubator.com

Page Facebook : MIRA INCUBATOR

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here