C.J. Walker, une blanchisseuse devenue première femme millionnaire des États-Unis

0
14037


Sarah Breedlove est née en 1867 à Delta dans un village de la paroisse de Madison. Fille d’anciens esclaves (Owen et Minerva Breedlove), elle est venue une monde à l’aube de l’abolition des esclaves. Après avoir perdu ses parents, elle a grandit avec sa sœur à Vicksburg dans le Mississippi. À l’âge de 14 ans, elle se marie avec un ouvrier qui décédera 6 ans après.

Elle s’est donc occupée toute seule de leur unique enfant, leur fille Lelia, née deux ans plus tôt. Pour subvenir aux besoins de sa fille, elle travaillait comme blanchisseuse afin de gagner un peu d’argent. Mais au fonds d’elle, Sarah Breedlove voulait plus que ça. Elle rêvait d’un avenir meilleur pour elle et sa fille.

Autodidacte, elle décide de lancer sa propre marque de produits capillaires pour inciter les femmes noires à aimer leurs cheveux et à les mettre en valeur avec des produits adaptés.

Le fameux « Madam C.J. Walker’s Wonderful Hair Grower »

Madam C.J. Walker Manufacturing Company voit le jour et est spécialisée dans les produits cosmétiques et capillaires. Grâce à son entreprise elle devient pionnière dans le secteur de la grande industrie américaine, dont l’apanage exclusif était tenu par des Blancs de sexe masculin.

La manufacture d’Indianapolis de Madam C.J. Walker

En 1917, elle organise une conférence mémorable à Philadelphie, dans laquelle elle incite les femmes à se lancer dans l’entrepreneuriat et à saisir les innombrables opportunités qui en découle pour garantir leur émancipation. Cet événement est le premier rassemblement national des femmes entrepreneures aux États-Unis. Elle avait une avance sur son temps.

Madam C.J. Walker est inscrite au National Women’s Hall of Fame. Un timbre à son effigie est émis en 1998 par le United States Postal Service (USPS). Il fait partie d’une série consacrée à l’histoire des Afro-Américains.

Sa fille se chargera de gérer l’entreprise pendant ce temps, elle vire vers l’activisme et la philanthropie, faisant don de plus de 100 000 dollars à des orphelinats, institutions etc. Lorsqu’elle meurt en 1919, son testament précise que les deux tiers de ses profits futurs seront reversés à des œuvres caritatives.

Madam C.J. Walker (au volant) de sortie avec ses amies

Madam C.J. Walker, première millionnaire autodidacte dont le parcours devrait être enseigné dans toutes les universités, comme une source intarissable d’inspiration et de détermination. Elle a monté un empire dans une Amérique posée sur des bases racistes et oppressantes et elle a réussi.

Netflix a fait une série en son hommage avec l’actrice Octavia Spencer qui incarne cette illustre dame.

La bande annonce est disponible depuis ce lien : https://www.instagram.com/tv/B9O7refKnKk/?igshid=15c80glke8i12

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here