Daouda Diarra, de l’exploitation de la fraise à la perte de toutes ses récoltes à cause d’un feu de brousse

0
3894

Âgé de 29 ans et détenteur d’une licence en marketing et administration d’entreprise, Daouda Diarra est un entrepreneur malien évoluant dans le secteur agro-alimentaire. En sa qualité de jeune entrepreneur dynamique, il s’est lancé dans l’agriculture en 2013 et comptait révolutionner ce secteur dans son pays.

Il produisait des fruits comme : des fraises, de la mangue, de la papaye, de l’orange, et aussi des oeufs et des poulets de chair.

Malheureusement un feu de brousse s’est répandu dans la nuit du 13 au 14 février dernier dans plus de 80% de son champs et a occasionné des pertes énormes. Rien n’a pu déterminé les causes réelles de cet accident. En étant chez lui qu’il a reçu un coup de fil d’une personne lui annonçant que son champ avait été dévasté par un incendie. Il s’y est rendu Manu militari est a constaté avec toute l’amertume du monde l’ampleur des dégâts.

Il s’était investi dans ce projet pour montrer à la jeunesse malienne en général et celle de la diaspora en particulier qu’il y a encore de l’espoir au Mali. Plusieurs millions avait été injecté dans ce projet.

« Je vais prendre cela comme une leçon. Ça va me donner plus de courage. Je considère cela comme un supplément d’énergie »

Daouda essaye de se remettre de cet accident, nonobstant les pertes énormes, il ne compte pas abdiquer. Il a pour projet de rehausser l’agriculture malien à l’échelle mondiale d’ici 2025. Et pour se faire, il est conscient des défis énormes qu’il doit relever.

Son souhait le plus cher est que les autorités administratives maliennes puissent mettre l’entrepreneuriat agricole au centre des préoccupations de l’Etat. Une bonne mise en valeur de ce secteur en y accordant des financements consistants et de l’accompagnement.

L’agriculture revêt une importance capitale pour plusieurs grands objectifs de développement en Afrique. Ce secteur est un bon levier pour maximiser la création d’emplois : alors que l’exploitation de la terre et l’élevage participent déjà à eux seuls à environ 60 % des emplois en Afrique subsaharienne, la part des emplois dans l’ensemble du système agroalimentaire pourrait être bien plus élevée.

Vous pouvez le contacter par mail : dd986979@icloud.com

Ou sur WhatsApp : +22374097697

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here