Gaissiri Dia ou le parcours d’une figure emblématique du leadership féminin au Sénégal

0
592

Agée de 28 ans et d’origine sénégalaise, Gaissiri Dia est à la tête de deux entreprises. La première WTC qui conseille les investisseurs et place leurs investissements sur des projets en Afrique et WAALAM INVEST qui est une plateforme de financement participatif qui a pour but d’offrir au monde une nouvelle image de l’Afrique. Ambitieuse et déterminée, Gaissiri Dia n’a qu’un objectif en tête : le développement de l’Afrique.

Née en banlieue parisienne de parents sénégalais, Gaissiri est l’aînée d’une fratrie de 6 enfants. Partie pour un voyage linguistique de 6 mois en Angleterre, elle y restera pendant 2 ans et demi. Enchainant emplois et études, elle fait des rencontres qui vont la marquer. La jeune femme gagne également en maturité et nourrit des ambitions d’avenir énormes. De retour en France, elle obtient un Bachelor et un Master 1 en marché financier puis décroche un stage dans une entreprise anglaise de renom en tant que trader junior. S’occupant du portefeuille d’investisseurs, elle décide de tout arrêter et de se consacrer à son rêve : le développement en Afrique.

Gaissiri se donne pour mission de prouver au monde qu’il y a des talents, de l’ambition et surtout des entrepreneurs qui réussissent en Afrique. Elle met en place le cabinet WTC et conseille les investisseurs, place leurs investissements sur des projets en Afrique. Elle décide par la suite d’ouvrir son propre réseau en permettant au plus petit porte-monnaie d’investir en créant WAALAM INVEST, une plateforme de financement participatif qui a pour but d’offrir au monde une nouvelle image de l’Afrique.

La jeune femme met en avant la créativité, le potentiel de l’Afrique qui est souvent associé au social et à l’humanitaire.

Elle fait voir aussi quotidien une Afrique jeune, innovante, une Afrique émergente. A travers ses entreprises, Gaissiri rassemble et unie une communauté pour l’investissement en Afrique au sein de statuts et de PME qui génèrent de l’emplois et des richesses. A l’ère du digital, l’afropreneuse soutient que pour réussir en tant que femme entrepreneur dans ce milieu, la connaissance est la base.

« Il faut toujours être au courant des informations dans le secteur dans lequel on évolue. Et il faut être persévérant. Il faut toujours continuer à s’acharner j’jusqu’a atteindre l’objectif. Et, l’ambition, il faut rêver et toujours viser plus haut », indique-t-elle.

Pour en arriver là aujourd’hui elle a eut le déclic durant son séjour à Londres qui a duré 2 ans. Elle avait postulé pour un emploi et se rendait à l’entretien déjà avec un mauvais pressentiment.

« J’avais passé l’entretien avec le Manager et je me souviens de ne rien comprendre de ces questions. Le Manager est allé sur Google translate et me lisais les questions en français et je lui répondais avec un anglais approximatif. In fine j’ai eu le poste et j’ai eu droit tout au long de mon contrat de travail à un plan de management personnalisé. Je me suis rendue compte que l’on pouvait transformer une catastrophe en une belle réussite », raconte-t-elle.

Ambitieuse et tenace, Gaissiri Dia encourage les jeunes femmes africaines qui veulent se lancer dans l’univers des tech/TIC de se fixer des objectifs, de rester ferme mais aussi de se concentrer sur leurs objectifs et surtout d’être positives car chaque événement est une leçon qu’il faut transformer en situation positive.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here