Johanan Dujon, le brillant antillais qui transforme les algues en engrais biologiques

1
8922

L’entrepreneur Johanan Dujon a été récompensé pour son entreprise de transformation d’algues en engrais. En trois ans, sa société dénommé Algas Organics a retiré 300 tonnes de sargasses des plages de son île. D’origine antillaise, Johanan Dujon propriétaire d’Algas Organics a été récompensé par le Commonwealth dans la catégorie d’industrie, Innovation et Infrastructure, Objectif Développement Durable lors du concours d’innovation. En effet, le programme Economie Bleue Vitale se bat pour une agriculture durable et l’exploitation des ressources de la mer pour booster la croissance économique.

En 2011, les algues de sargasse ont commencées à s’accroître sur les plages des Caraïbes. C’est une masse de végétation brun verdâtre qui vient généralement de la mer des Sargasses dans l’Atlantique Nord. Les spécialistes expliquent cette recrudescence en raison des températures plus chaudes dues au changement climatique ainsi que des effets des engrais artificiels et des eaux usées. Les sargasses sont devenues un défi majeur pour le tourisme caribéen, pilier de plusieurs îles.

A partir de 2014, le problème a pris de sérieuses proportions. Les sargasses encombrant les moteurs des bateaux de pêches, tuant des poissons et des crabes, le tout en faisant ressortir une odeur nauséabonde. Par la suite, une étude révèle les dangers de ces algues. L’étude a été réalisée entre mai et juillet 2018 sur près de 6000 personnes en Martinique et en Guadeloupe. Les symptômes les plus courants sont les problèmes digestifs. Les trois quarts des personnes interrogées se plaignent de vomissement ou de douleurs abdominales. Et, les symptômes neurologiques. Six personnes sur dix ressentent maux de tête, vertiges et malaises.

L’homme d’affaires a entamé la vente de son produit en 2015. L’idée a pris âme en famille, car les banques Saint-Luciennes avait refusé de financer sa start-up. La société Algas Organics permet aujourd’hui une extraction des propriétés bio-actives et des oligo-éléments retrouvés dans les sargasses.

« Quand j’ai eu cette idée en tête, je ne pouvais pas dormir. C’était comme un tiraillement. Lève-toi et va essayer quelque chose avec les algues ! J’ai finalement dit à mon père, papa, allons chercher des algues pour les expérimenter. (…) Sa réaction a été, d’accord, allons-y ». Témoigne Dujon.

Dujon a bénéficié d’un soutient financier du dirigeant du programme de micro financements du Fonds pour l’environnement mondial du PNUD à Sainte-Lucie, Giles Romulus.

« Nous prenons les sargasses qui constituent un problème dans la Caraïbe, et nous les transformons en engrais biologique. Ceci est une alternative à l’utilisation des produits chimiques employés dans l’agriculture », a déclaré Johanan Dujon dans un entretien publié dans Forbes, le magazine économique américain.

Directeur général d’ Algas Organics aujourd’hui, Dujon est à la tête d’une société qui produit un engrais liquide- Algas Total Plant Tonic – à base de sargassum. L’afropreneur a bien expérimenté le produit avant de le mettre au point. Accompagné de sa famille et d’une équipe d’employés, il travaille à temps partiel, récolte le sargassum sur les côtes touchées et fabriquent des bouteilles de l’engrais avec le soutien d’organismes publics locaux et internationaux.Les engrais d’Algas Organics, réduits les demandent en produits chimiques synthétiques soutient son concepteur.

« Notre produit réduit les besoins en produits chimiques synthétiques, qui se répandent dans nos sols et nos eaux et augmentent votre rendement », a-t-il déclaré au Sommet de l’optimisme pour la Terre organisé par le Smithsonian Institute à Washington, DC.

La cérémonie d’inauguration avait pour objectif de célébrer et de partager des idées réussies en matière de protection de l’environnement.

« Si vous faite correspondre innovation, financement, mentorat, support technique, conscience communautaire et environnementale, vous obtiendrez une solution révolutionnaire qui pourra se distinguer à l’échelle mondiale », conclut-il.

1 COMMENTAIRE

  1. Une excellente innovation dont devraient s’inspirer les responsables martiniquais, pour nous permettre de traiter le problèmes de ces sargasses qui nous empoisonnent l’existence.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here