Kahitouo Hein l’entrepreneur burkinabé qui met des chenilles dans vos assiettes

0
803

Le jeune Burkinabé Kahitouo Hein est le fondateur de Fasopro, une entreprise qui transforme et commercialise des chenilles de karité au Burkina Faso. Très riches en protéines, elles ne constituent pas seulement une alternative à la viande pour les plus démunis, mais c’est surtout une filière qui prend petit à petit des allures industrielles.

Fasopro, collecte, transforme et commercialise les chenilles de karité. Le projet a commencé en 2012, lorsque le jeune homme était encore étudiant. Il est partie du constat que la chenille a un potentiel nutritionnel énorme. Et consommant cet insecte depuis enfant, il s’est lancé pour objectif de valoriser l’insecte et ses propriétés dans sa région.

Proposer des nouveaux aliments transformés, sains et durables, développer de nouvelles solutions pour prévenir la malnutrition sont des objectifs que s’est fixé l’afropreneur. Il propose des aliments sains, bon pour la santé et sur le long terme, proposer des solutions pour prévenir la malnutrition qui sévit dans les zones rurales du Burkina. Depuis 2014, la société a développé une gamme variée de produits, allant des chenilles, jusqu’aux poudres pour assaisonner les plats. Il a plus de 300 points de vente au niveau national.

En effet, la chenille est un insecte qui depuis des millénaires est consommée par les peuples en Afrique du Sud. On les prépare bouillies ou grillées. Les chenilles se nourrissent exclusivement de feuilles de karité et apparaissent chaque année à la même saison(en hivernage sur l’arbre de karité). C’est vers août septembre, que les chenilles commencent à descendre de l’arbre pour s’enfouir sous terre où elles vont continuer leur cycle. Elles se transforment en chrysalide puis en papillon. Ce papillon va encore pondre des œufs à une certaine période pendant la saison des pluies et qui vont éclore et le cycle se poursuit.

Dans la société Fasopro plus de 500 personnes sont impliquées dans la collecte de chenilles depuis 2014, et elles sont formées avec tout le professionnalisme qu’il faut. De ce fait, en plus de favoriser la bonne nutrition, l’entreprise génère de l’emploi. L’entreprise avait près de 4 millions de chiffres d’affaires en 2015, 18 millions en 2016, 33 millions en 2017, le secteur est en hausse constante.  L’afropreneur, reste convaincu que les chenilles sont un secteur florissant dans l’avenir.

La chenille de karité est riche de 54 à 63% de protéines mais aussi en vitamine A, vitamine B, vitamine E. L’entreprise examine les besoins annuelles, collecte ainsi beaucoup de chenilles pendant la période. Et les conservent pour qu’elles puissent être transformées sur toute l’année.

Depuis la création, l’entreprise collabore avec des laboratoires scientifiques à fin de trouver le moyen d’élever les chenilles dans de bonnes conditions. Il y’a plusieurs moyens de consommation pour ces chenilles. Elles peuvent être assaisonnées dans la sauce, avec du riz gras, plusieurs façon d’utiliser cet aliment. On peut également les frire consommer.

Kahitouo compte élargir son activité, et surtout faire contre cet aliment qui peut être une alternative à la consommation de la viande ou du poisson. Il compte augmenter la production et aussi lancer une campagne d’exportation vers d’autres pays d’Afrique de l’ouest et d’Afrique centrale et pourquoi pas d’Afrique du Sud le pays africain ou la consommation de chenilles est plus fréquente.

Malgré la réticence que peut avoir certains consommateurs, le principal défi pour le jeune homme reste, l’élevage de ces chenilles. La diversification, en se tournant vers d’autres insectes comestibles en Afrique dont le criquet. Son objectif est d’arriver à maîtriser le cycle de vie de tout les insectes qu’il compte introduire dans la gamme de produit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here