L’académie des Oscars disqualifie le film nigérian « Lionheart » en raison de sa langue

0
5384

Le film nigérian « Lionheart » de la réalisatrice Genevieve Nnaji qui concourait dans la catégorie meilleur film international en vue de la prochaine cérémonie des Oscars, a été disqualifié pour une étonnante raison : celui-ci contiendrait une prédominance de dialogues en anglais alors que c’est pourtant la langue officielle du pays.

C’est une décision pour le moins surprenante et qui a de quoi susciter l’indignation. Le lundi 4 novembre 2019, l’Académie des Oscars a fait savoir à ses membres -actuellement en plein visionnage des films qui concourront à la prochaine cérémonie des Oscars- que le film nigérian Lionheart était disqualifié de sa catégorie, soit celle du meilleur film international. En lice aux côtés de 92 autres pays, il s’agissait de la première candidature du Nigéria à la prestigieuse compétition.

La cause de cette élimination ? Il est reproché au film de contenir une majorité de passages en anglais pour seulement 12 minutes en igbo, un dialecte du sud-est du Nigéria. Le règlement qui mériterait d’être mis à jour stipule en effet « qu’un film international est un long-métrage de plus de 40 minutes, produit en dehors des Etats-Unis d’Amérique avec une piste sonore aux dialogues essentiellement non-anglophones ».

Le problème c’est que l’anglais est pourtant la langue officielle du Nigeria. Cette disqualification reviendrait donc à empêcher le pays de concourir aux Oscars dans sa langue principale. Ce qu’a si bien souligné dans un tweet la réalisatrice Ava Duvernay, à qui l’on doit notamment les séries Scandal ou Dans leur regard.


« Vous avez disqualifié la première candidature historique du Nigeria à l’Oscar du meilleur film international parce qu’il est en anglais. Mais l’anglais est la langue officielle du Nigeria. Cela signifie-t-il que ce pays ne pourra jamais concourir à l’Oscar dans sa propre langue ? » s’est-elle interrogée face à l’absurdité de cette décision.

Geneviève Nnaji, la réalisatrice du film qui est aussi produit par Netflix, lui a très rapidement répondu après l’avoir remerciée pour son soutien. Elle explique que Lionheart fait justement état de la façon dont s’expriment véritablement les Nigérians. L’anglais étant souvent mêlé à de nombreux dialectes en fonction des différentes régions :

“ce film représente la manière dont on parle en tant que Nigérian. Cela inclut l’anglais, qui joue une fonction de pont entre les plus de 500 langues parlées dans notre pays, et fait du Nigeria un pays uni”.

Elle rappelle également avec beaucoup de justesse que l’anglais est le fruit de l’héritage d’un passé colonialiste qui a imposé sa langue au Nigeria tout comme ça a été le cas dans les pays issus d’anciennes colonies françaises par exemple. « Nous n’avons pas choisi qui nous a colonisés. Comme toujours, ce film, comme d’autres, est nigérian et fier de l’être ».

Des propos grandement soutenus par de nombreux internautes qui pointent également du doigt cette forme de néocolonialisme, qui vaut à ce film d’être écarté alors qu’il aurait pu faire bénéficier d’un peu plus de visibilité au cinéma nigérian.

De son côté, l’Académie des Oscars n’a pour l’heure pas encore répondu à la polémique mais on espère que celle-ci aura au moins le mérite de les faire s’interroger sur une éventuelle modification du règlement, plus souple, et qui prendrait en compte les réalités de chacun des pays candidats.

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here