Le mannequin Noëlla Musunka, s’est donnée pour mission d’éduquer et de rendre autonome les filles en RDC

0
700

Le mannequin Noëlla Cursaris Musunka a créée une fondation dénommée Mailaka en 2007. Connue pour sa prestance et sa beauté sur les podium des grands défilés du monde, la jeune femme est surtout reconnue pour son combat acharné contre la déscolarisation dans son pays, au Sud-Est de la RDC.

Sa fondation comporte une école et un centre communautaire. L’école éduque les jeunes filles issues de familles démunies et le centre fournit du matériel scolaire et sanitaire à des ONG et orphelinats congolais. Elle offre également des repas.

Féministe, mannequin, afropreneuse et philanthrope, Noëlla mène un combat rude en faveur de l’éducation et la santé des jeunes filles. L’école de Mailaka est gratuite et offre un enseignement de qualité, sports, musiques, informatiques, elle dispose aussi d’un centre communautaire qui touche plus de 5 000 personnes par an avec des programmes de santé, de sports, d’alphabétisation, de couture. En plus de cela, la fondation a réalisé un grand projet d’agriculture, ainsi la nourriture qui y est issu va à l’école.

En effet, en Afrique plus de 130 millions de filles ne sont pas scolarisés. La probabilité qu’une fille n’aille pas à l’école est de 57% plus élevée que la probabilité pour un garçon et ce écart atteint jusqu’à 83% au lycée. Et les mariages précoces privent des milliers de filles de partir à l’école. Face à ce problème la féministe a créée sa fondation pour jouer sa partition contre ces maux.

Des cours de leadership, de coutures, de broderies, d’informatiques, d’anglais sont dispensés aussi bien à des jeunes filles qu’à des jeunes garçons, à des mamans et à des papas. Et pour unir toute cette communauté et transmettre un message de paix, ils pratiquent le sport qui réunit tout le monde. L’afropreneuse avec l’aide de son équipe à construit des puits d’eaux qui aident plus de 20 000 personnes. La fondation a aussi distribuée des moustiquaires. Grâce au centre communautaire, les jeunes filles qui habitent dans des zones reculées, ont d’opportunités de faire diverses activités, de côtoyer d’autres personnes, comme des jeunes garçons. Elles sont ouvertes à un milieu mixte.

L’activiste s’est entourée de personnes qualifiées, pédagogiques pour assurer l’éducation de ses enfants, les surveillés et surtout veiller à ce que ces jeunes filles n’abandonne pas une fois grandies, ne succombe pas aux tentations et encore moins à la pression que peu faire la communauté. Et aussi, pour cela, la fondation travaille aussi sur l’éducation des parents, pour que ceux-ci comprennent les enjeux, et ne donnent pas leurs filles en mariage précocement.

Ambassadrice du fond mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, Noëlla se veut éduquer les filles et les rendre autonome. Elle entend éveiller les consciences sur les maladies comme le paludisme, la tuberculose, le sida. Allant dans ce sens, elle envisage de mettre en place un centre de santé au sein de la fondation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here