Un étudiant de Harvard rend sa thèse sous forme d’album rap et obtient son diplôme avec mention

0
3070

Obasi Shaw. Souve­nez-vous bien de ce nom car il est à inscrire dans les annales. D’après The Inde­pendent, ce jeune homme de 20 ans, étudiant à Harvard en troi­sième année de faculté, a présenté le 18 mai un album de rap – Limi­nal Minds – en guise de thèse de fin d’an­née. Et devi­nez-quoi, l’étu­diant de l’Ivy League s’en est plus que bien sorti : il a décro­ché une mention en obte­nant pour ce travail la deuxième meilleure note de la section (A-). 

En 380 années d’exis­tence, c’est une première pour la pres­ti­gieuse univer­sité améri­caine. Alors que la plupart des étudiants de troi­sième année soumettent pour leur thèse des essais ou des projets de recherche, Obasi Shaw, a quant à lui décidé d’écrire un album de rap. Un disque de 10 morceaux qui parle de l’iden­tité afro-améri­caine et dont chaque track est rappé par un person­nage diffé­rent. Un format qui s’ins­pire des séries d’his­toires écrites par Geof­frey Chau­cer au XIVe siècle, Les Contes de Canter­bury. 

Le garçon origi­naire de Stone Moutain, dans la banlieue d’At­lanta, rapporte « qu’il n’au­rait jamais pensé que son travail soit accepté par Harvard ». Et pour­tant, la poésie de ses paroles a conquis les exami­na­teurs. Dans son morceau intro­duc­tif, « Decla­ra­tion of Inde­pen­dence », il écrit par exemple : « Behold, what we hold is three-fold—Body and spirit to be thrones for free souls. Self is the evidence, please close the freak shows, And depose the evils, our peoples are equals ». (« Voyez comme nous sommes faits de trois éléments/Le corps et l’es­prit sont les trônes des âmes libres. 

Le soi est une évidence, qu’on ferme les freak shows, qu’on desti­tue les esprits malveillants, nos peuples sont égaux »). Obasi Shaw a égale­ment utilisé des écrits de James Bald­win pour parler de l’es­cla­vage et des violences poli­cières. L’al­bum, un 10 titres aux produc­tions jazzy et old school très léchées et au flow maîtrisé, est en écoute gratui­te­ment. Après son diplôme, il ira travailler pour Google en tant qu’in­gé­nieur logi­ciel.

Le lien pour écouter sa thèse: 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here